Le marché de la Fintech

#1

Contexte économique

La convergence entre les technologies du numérique et les métiers de la banque participent depuis plusieurs années à la naissance du secteur économique des Fintechs, petites entreprises (essentiellement des start-ups et PME) qui fournissent de nouveaux services financiers grâce à des solutions innovantes. :bulb:

En France, ce secteur représente aujourd’hui 1.2 million d’emplois directs et indirects, et a levé 365 M€ en 2018. Pour en savoir davantage sur ces chiffres, c’est par ici ! :wink:

À partir de 2015, une nouvelle génération de Fintechs, s’appuyant sur des offres très mobiles et orientée vers les services de paiement, apparaît. Ces nouveaux acteurs misent sur un marketing viral pour conquérir des parts de marché, en soignant les aspects communautaires et leur présence permanente sur les réseaux sociaux.

Contexte juridique

Le cadre réglementaire européen est également favorable aux entreprises de la Fintech. En 2015, la Commission Européenne a publié la deuxième directive sur les services de paiements au sein de l’Union (DSP2 ou PSD2 – Payment Services Directive 2). Celle-ci poursuit plusieurs objectifs : faciliter la compétition entre les acteurs pour faire évoluer le secteur bancaire, stimuler son innovation et encourager les évolutions technologiques, et cela tout en luttant contre la fraude et en assurant la sécurité des informations (RGPD) et des transactions.

Son entrée en vigueur, progressive depuis 2018, offre en effet de nouvelles possibilités pour les acteurs des services bancaires. Elle permet, par exemple, d’autoriser des entreprises agréées à accéder aux données bancaires d’un citoyen européen s’il en a donné l’autorisation, quel que soit l’organisme détenteur du compte. Des canaux de communication sécurisés sont donc créés sous forme d’APIs, et les AISP (Account Information Service Provider) pourront ensuite regrouper les informations bancaires de multiples comptes bancaires.

Le marché

Le marché français évolue conjointement avec le marché Européen et l’application de la DSP2 pourrait donc avoir pour effet de gommer les frontières intracommunautaires. Cela engendre un accès à un marché beaucoup plus important, dans lequel 34.2 milliards d’euros ont été investis en 2018 (The pulse of Fintech 2018, KPMG, 2019). ATKearney estime qu’en 2023, 85 millions d’européens utiliseront quotidiennement les services des néo-banques contre 5 millions aujourd’hui, soit une croissance annuelle de 75%. :muscle:

Contexte fonctionnel et technique

L’émergence de nouveaux services bancaires est un champ d’innovation important en Europe et dans le monde. Les progrès réalisés dans le numérique, notamment à travers la construction d’infrastructures puissantes de calcul et de stockage de données, elles-mêmes couplées à des technologies de communication dont les débits autorisent les échanges massifs d’informations, ont ouvert la possibilité de recourir à des services décentralisés. Ces plateformes promettent des économies d’échelle en mutualisant certaines ressources et en levant certaines contraintes de ressources humaines (par exemple, la maintenance d’un logiciel en interne).

L’avènement des technologies du Big Data et de l’Intelligence Artificielle permettent également d’automatiser certaines tâches. Les acteurs traditionnels de la banque se sont montrés, jusque récemment, réticents à adopter ces nouvelles technologies qu’ils intègrent lentement, laissant le champ libre aux fintechs. Celles-ci peuvent créer des systèmes complètement nouveaux en utilisant les dernières briques technologiques sans se soucier du maintien d’anciennes bases de données ou de la continuité du fonctionnement de leur service. Leurs services bancaires prennent presque toujours la forme d’applications web et mobiles reliées directement à des plateformes en ligne assimilables à des SaaS (software-as-a-service).

Dans ce cadre, l’innovation réside dans l’utilisation intelligente de nouvelles architectures et des dernières technologies de gestion des bases de données. L’ergonomie, incluant à la fois le design et l’expérience utilisateur, joue également un rôle très important dans l’attraction de nouveaux clients, notamment du public jeune et connecté. Il apparaît également que la maîtrise des données transactionnelles et leur analyse constituent des compétences clés et un important levier de développement des fintechs.